Les dossiers de SinOptic :

Commerce bilatéral

//Commerce bilatéral
Commerce bilatéral 2017-07-07T18:45:09+00:00

Echange de marchandises Suisse – Chine

(en mio. frs, source DFAE, SECO ; sans Hongkong et Macao. Administration fédérale des douanes)

Année Importations
en Suisse
Exportations
en Chine
Solde
1989 629.9 386.7 243.2
1990 415.0 418.7 – 3.7
1991 471.3 710.5 – 239.2
1992 620.3 875.1 – 254.9
1993 942.6 1’083.6 – 141.0
1994 863.3 1’144.4 – 281.0
1995 843.3 1’075.3 – 232.0
1996 887.7 1’204.1 – 316.4
1997 937.8 1’562.2 – 624.4
1998 809.1 1’682.4 – 873.3
1999 990.0 1’799.9 – 809.9
2000 1’402.7 2’300.5 – 897.8
2001 1’668.2 2’257.7 – 589.5
2002 2’046.5 2’206.9 – 160.4
2003 2’460.0 2’413.9 46.1
2004 3’107.0 2’840.9 266.1
2005 3’466.8 3’378.4 88.4
2006 4’105.4 3’931.3 174.1
2007 5’419.4 4’782.2 637.2
2008 6’111.5 4’995.8 1’115.7
2009 5’160.9 5’501.0 343.9
2010 6’085.5 7’467.0 1’381.4
2011 6’309.6 8’840.9 2’531.3
2012 (1) 10’286.9 7’828.3 – 2’458.6
2013 11’380.0 8’214.0 – 3’166.0
2014 12’151.0 8’820.0 – 3’331.0
2015 12’339.0 8’933.0 – 3’406.0
2016 12’277.0 9’844.0 – 2’433.0

(1) En raison du changement intervenu dans la méthode de collecte des données pour les importations (pays d’origine plutôt que pays de production), les chiffres des importations pour 2012 ne peuvent être comparés aux années précédentes. Voir à ce sujet le rapport sur la politique économique extérieure 2012, page 62 et suivantes.
Extrait :

« 5 Politiques sectorielles
5.1 Circulation des marchandises industrie/agriculture
5.1.1 Statistique du commerce extérieur

Le 1er janvier, le Conseil fédéral a mis en vigueur l’ordonnance sur la statistique du commerce extérieur révisée. Celle-ci introduit un changement essentiel concernant le pays de provenance au moment de la saisie des informations relatives aux importations de marchandises. C’est désormais le «pays d’origine» qui est déterminant pour la statistique, à savoir le pays dans lequel la marchandise a été entièrement extraite ou produite, ou dans lequel elle a subit la dernière transformation ou le dernier traitement substantiel. Jusque-là la provenance des importations était classée selon le «pays de production», c’est-à-dire le pays dans lequel la marchandise avait été mise en libre circulation pour la dernière fois, indépendamment d’une éventuelle transformation de la marchandise dans ce pays et quelle que soit l’ampleur de celle-ci. La reprise de cette nouvelle méthode du relevé faite dans le cadre de la collaboration dans le domaine statistique (EUROSTAT), permet à la Suisse d’harmoniser sa base légale avec celle de l’UE et donne une image plus nette de la réalité économique au niveau international des chaînes de valeur ajoutée que celle donnée par la méthode précédente.

Le passage au pays d’origine a pour conséquence des variations parfois conséquentes dans la balance commerciale en fonction des pays. Ainsi en 2011, le volume des importations saisi en provenance de Chine passe de 6,3 à 9,6 milliards de CHF (+3,3 milliards de CHF) et dès lors, la part de la Chine dans les importations totales de la Suisse augmente de 3,4 à 5,2 %. Selon la nouvelle méthode du relevé des données, la balance commerciale de la Suisse avec la Chine ne présente donc plus un excédent de 2,5 milliards de CHF, mais un déficit de 0,9 milliard de CHF. Ce déficit commercial devrait se maintenir dans des proportions similaires durant l’année sous revue. Les données relevées selon la nouvelle méthode reflètent mieux qu’avant l’importance croissante de la Chine et d’autres États asiatiques, tels l’Inde, l’Indonésie ou le Vietnam, ou des États-Unis, du Japon et de la Turquie en tant que marchés d’approvisionnement pour l’économie suisse. En revanche l’importance des valeurs d’importation saisies en provenance de divers pays de l’UE diminue. En effet, nombre de marchandises à destination de la Suisse et issues de pays tiers circulent souvent via des ports maritimes européens et – pour des raisons logistiques – sont mises en libre circulation sur le territoire de l’UE, avant d’être transportées à destination de la Suisse («effet Rotterdam»). Selon l’ancienne méthode de relevé des données, ces marchandises étaient saisies comme étant en provenance du pays de l’UE concerné. Sur la base du principe de «pays d’origine», en 2011, la valeur des importations en provenance de l’UE diminue de 142,6 à 134,8 milliards de CHF (–7,8 milliards de C HF), ce qui représente une réduction de 77 % à 73 % de la part de l’UE dans l’ensemble des importations de la Suisse. Il en ressort une diminution du déficit de la balance commerciale vis-à-vis de l’UE de 25,9 à 18,1 milliards de CHF. »

Pour des données détaillées, voir la rubrique Rapports économiques.

Commerce bilatéral janvier – décembre 2002
extrait du Bulletin 2002/01 de la Chambre de commerce Suisse-Chine
(en anglais, pdf, 1 p., 100 kb)

Commerce bilatéral janvier – décembre 2001
extrait du Bulletin 2002/01 de la Chambre de commerce Suisse-Chine
(en anglais, pdf, 1 p., 52 kb)