Visite de M. Joseph DEISS, conseiller fédéral,
chef du Département fédéral de l’économie (DFE)
11-19 juillet 2005 - 3

Vendredi 15 juillet - Beijing

Rencontre avec M. SUN Yongfu, vice-directeur pour l'Europe

Durant la matinée, alors que M. le conseiller fédéral se prête à divers interviews faites par des correspondants suisses présents en Chine et la télévision chinoise, la délégation des hommes d'affaires, conduite par M. Ueli FORSTER, président d'economiesuisse, est reçue par M. SUN Yongfu, vice-directeur pour l'Europe au Ministère du commerce. Les principaux sujets abordés sont la certification CCC (China Compulsory Certification), la possibilité pour des compagnies chinoises de devenir membres de la Chambre de commerce Suisse-Chine en Chine (SwissCham china), l'accès au marché, dans le cadre OMC, pour les biens et les services (diminution des taxes, possibilités pour des banques suisses d'opérer), la protection intellectuelle, des questions relatives au renouvellement du catalogue chinois des médicaments de l'assurance-maladie, aux tests cliniques et à l'acceptation de nouveaux médicaments importés, ainsi que le droit de distribuer ces produits.

A midi, un déjeuner est organisé avec des représentants du monde des affaires chinois. C'est l'occasion de leur présenter les avantages offerts par la place financière et économique suisse, notamment à travers les activités développées par Location:Switzerland China Cette initiative, représentée dans la délégation par son directeur M. Thomas HOLENSTEIN, unit 16 cantons et vise à mieux coordonner les efforts faits pour attirer des investisseurs et entreprises chinois.

L'après-midi, deux rendez-vous d'importance sont au programme.

Rencontre avec M. ZENG Peiyan, vice-premier ministre

Après un échange de vues portant sur les relations bilatérales, les points suivants sont à l'ordre du jour:

  • coopération au développement (crédits mixtes, Sino-Swiss Partnership Fund (SSPF), projet 3 P, instruments du SECO et de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT)) ;
  • participation d'entreprises suisses au programme du gouvernement chinois pour le développement de l'Ouest du pays ;
  • relations aériennes Suisse-Chine ;
    signalons au passage que la délégation suisse semble avoir perdu tout espoir que SWISS rouvre des lignes vers Beijing et Shanghai. En 2004, les noms de deux compagnies aériennes chinoises avaient été mentionnés (China Eastern et Hainan Airlines). Sans lendemain, semble-t-il. A l'heure actuelle, c'est vers la compagnie nationale chinoise, Air china, que se tournent tous les regards helvétiques...
  • migration et visa.

Rencontre avec M. BO Xilai, ministre du commerce

Aux généralités succèdent assez rapidement les points que la délégation suisse entend soulever. M. DEISS transmet à M. BO Xilai une invitation à participer au prochain Forum suisse d'économie extérieure qui est prévu en novembre. Il poursuit en suggérant que la Chine examine la possibilité de négocier un traité de libre-échange avec l'AELE. Il souhaite voir des entreprises chinoises s'installer en Suisse, en mentionnant l'aide qu'apporte Location:Switzerland.

La parole est ensuite passée par M. DEISS à M. FORSTER, qui demande à M. Jacques DUCHÊNE, membre du Conseil de la Fédération de l'industrie horlogère suisse, de parler du problème de la contrefaçon. Pour M. DUCHÊNE, cette question représente un défi majeur. La branche horlogère suisse et ses partenaires locaux sont extrêmement actifs, puisque 600 arrestations ont été effectuées en collaboration avec les autorités chinoises. Toutefois, les peines encoures par les contrefacteurs sont trop faibles (sursis ou amende dérisoire).

Le conseiller fédéral DEISS a indiqué que l'après-midi même il s'était vu proposer de fausses Rolex sur la place Tiananmen. Par deux fois, M. le ministre BO s'est étonné : comment est-il possible de contrefaire des montres suisses dont on connaît le degré de sophistication ? Il a demandé à M. MA She, directeur général adjoint des affaires européennes au Ministère du commerce d'investiguer plus avant et de voir comment renforcer encore la répression.

M. FORSTER a évoqué la question des textiles. Des quotas vont être mis en place suite aux négociations avec l'Union européenne. Des entreprises suisses qui produisent en Chine des textiles à haute valeur ajoutée risquent de se voir pénalisées par ces nouvelles mesures, au moment où ces produits sont exportés vers l'UE. M. le ministre BO a, là également, manifesté une certaine incompréhension, ajoutant presque sur le ton de la plaisanterie qu'il en reparlerait avec le commissaire européen au commerce, M. Peter MANDELSON.

M. Johann N. SCHNEIDER-AMMANN, président de Swissmem, est revenu sur le CCC, précisant que M. SUN Yongfu avait, durant l'entrevue du matin, promis de réexaminer les demandes et les vœux présentés par la Suisse.

Quant à M. Alexandre F. JETZER, membre du Conseil d'administration de Novartis, il a parlé des problèmes causés par un... succès. En effet, Novartis produit un anti-paludéen, dont la substance de base est l'artémisine (qinghaosu). Toutefois, les quantités disponibles s'avèrent trop faibles pour faire face à la demande. C'est la raison pour laquelle il sollicite du Ministère du commerce. M. BO a répondu que ses services allaient étudier cette question avec beaucoup d'attention, car la mise à disposition de ce médicament est dans l'intérêt de nombreux pays en voie de développement.

Le ministre du commerce a indiqué qu'il avait invité de nombreux représentants d'entreprises chinoises à cette rencontre. Concernant l'invitation au Forum de novembre, il allait voir qui serait à même d'y représenter le MOFCOM.

Il a ensuite mentionné les efforts déjà déployés par le gouvernement chinois pour lutter contre la contrefaçon, mobilisant des milliers de personnes. Tout cela demande du temps et de l'éducation, de nombreux Chinois ignorant encore tout de la propriété intellectuelle. L'information doit donc être renforcée dans ce domaine.

La collaboration avec les quelque 10 millions de PME chinoises fait également partie des centres d'intérêt de le ministre BO. Il souhaite que celle-ci se développe plus avant, par exemple avec le Swiss Center Shanghai.

La décision de M. Pascal COUCHEPIN, conseiller fédéral en charge du Département de l'intérieur et partant de la Santé, d'enlever la médecine traditionnelle chinoise (MTC) des prestations de base de l'assurance-maladie, n'est pas "bonne pour les patients suisses", a estimé M. BO Xilai. Elle frappe la trentaine de centres MTC déjà actifs en Suisse. La MTC est "une science, qui est utilisée depuis des milliers d'années". Il ne s'agit nullement de recourir à des médicaments chimiques, mais à des substances organiques, tirées de substances naturelles, dont les effets sont plus doux.

Enfin, le ministre BO revient sur le contentieux lié à Baselword 2003. La décision des autorités de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) d'interdire aux exposants provenant de Chine de participer à cette foire avait lésé leurs intérêts. Des dédommagements sont exigés devant les tribunaux. Le conseiller fédéral DEISS a dit qu'il fallait laisser la justice suivre son cours.

M. BO Xilai a conclu en souhaitant un plein succès à la mission économique conduite par M. Joseph DEISS.

La journée s'achève sur une réception à l'Ambassade de suisse, suivie d'une conférence de presse destinée aux journalistes chinois et suisses.

Rencontre entre la délégation du MOFTEC, conduite par M. le ministre BO Xilai, et la délégation suisse.

12-13 juillet - 14 juillet - 15 juillet - 16 juillet - 18 juillet - et encore...

Document photographique SinOptic