10 ans du Centre d'études et de documentation suisse à Beijing

Allocution de Madame Doris JAKUBEC
Membre du Conseil de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture
et Directrice du Centre de recherches sur les lettres romandes

Madame la Présidente,
Madame Tang Xingying, Doyenne du Département de français, et Monsieur Yuan Jianhua, Doyen du Département d'allemand,
Chers amis des Départements de français et d'allemand ainsi que des autres Départements de l'Université des langues étrangères,
Monsieur l'Ambassadeur de Suisse,

Permettez-moi d'abord de vous remercier, au nom de la Fondation Pro Helvetia que je représente ici, de nous avoir invités à Pékin pour célébrer le dixième anniversaire du Centre d'études et de documentation suisse; notre fête s'insère dans le cadre plus vaste de l'anniversaire des 50 ans de relations diplomatiques entre la Chine et la Suisse, marquée par la venue il y a quelques semaines du Président de la Confédération suisse, M. Adolf Ogi.

Je tiens à remercier également les collaboratrices et collaborateurs du Centre d'études suisse de leur accueil et de tout leur travail d'organisation qui a rendu possible, non seulement cette journée solennelle, mais aussi les autres cours et conférences donnés à cette occasion. Ma reconnaissance va plus particulièrement à Mme Chen Wei, la directrice du Centre, ainsi qu'à ses collaboratrices et collaborateurs, ses étudiantes et étudiants.

J'exprime ma plus vive gratitude à notre Ambassadeur, M. Dominique Dreyer, ainsi qu'à ses collaboratrices et collaborateurs de l'Ambassade; il a soutenu d'un appui sûr l'organisation de nos séjours et voyages, et nous donne de surcroît la possibilité de terminer en beauté cette journée officielle en nous offrant l'hospitalité pour la soirée.
Je vous remercie, vous tous qui êtes venus participer à cette journée: enseignantes et enseignants, étudiantes et étudiants, ainsi que tous les amis suisses du Centre qui, pour des raisons professionnelles ou personnelles, habitez Pékin.

*

Nous sommes réunis ici pour marquer avec solennité le dixième anniversaire du Centre d'études et de documentation suisse, et je suis particulièrement chargée de vous apporter les vœux de la Fondation Pro Helvetia et de la Conférence des recteurs des universités suisses et de souhaiter que des relations aussi fructueuses qu'équilibrées s'établissent entre nos deux pays, pour favoriser des échanges intellectuels de haut niveau et établir un véritable partenariat.

*

Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, a pour tâche première de promouvoir et soutenir la culture suisse à l'étranger et en Suisse même, et ses différents départements s'occupent des différentes branches des arts et de la culture: les arts visuels, c'est-à-dire la peinture, la sculpture, le film et l'architecture; la musique; le théâtre et la danse; enfin la littérature et les sciences humaines. Si Pro Helvetia s'occupe principalement de la création artistique contemporaine, soucieuse d'agir dans un présent aussi précaire et imprévisible soit-il, elle entend aussi soutenir les disciplines académiques, universitaires, qui permettent à la réflexion et au jugement critique de s'exercer sur l'art; c'est pourquoi elle collabore notamment avec votre Université et soutient activement le travail du Centre d'études suisse.

La Fondation Pro Helvetia entend sa tâche, non comme la promotion d'une pure entreprise nationale, mais plutôt comme un encouragement à la connaissance des langues et des arts, en Suisse même, aussi bien que partout dans le monde; elle cherche à susciter des dialogues entre les différentes cultures du monde, ainsi que des échanges, si possible, personnels; elle sait quel but ultime, largement utopique, est cette connaissance plurielle des cultures qui forment toutes ensemble la culture universelle ou, en allemand, die Weltliteratur.

Au sein même de Pro Helvetia, il existe un département Réseaux qui, comme son nom l'indique, s'occupe de tous les dénominateurs communs qui lient les arts entre eux et les cultures entre elles, et cherche à construire des réseaux partout dans le monde: entre le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest, entre la Suisse et tous les coins du monde, et même, cum grano salis, entre les différentes régions de la Suisse elle-même; ainsi la Suisse, ce pays petit à l'échelle du monde, peut-elle tenter d'expliquer les différentes modalités et les différents critères qui, depuis des siècles, lui permettent cet équilibre précaire qui est celui des pays plurilingues et pluriculturels.

C'est, au sein du Département Réseaux, que le Service des échanges, dont s'occupe notamment M. Alexander Wenzel qui traite les projets concernant le Centre suisse, travaille avec les collaboratrices et collaborateurs du Centre, ainsi qu'avec Mme Chen Wei; la Conférence des recteurs des universités suisses participe à ces projets, en tant que cosignataire de l'accord présidant à la création du Centre d'études et de documentation suisse. Son délégué, Rudolf Nägeli, n'a malheureusement pas pu faire le voyage, ayant attrapé la grippe qui sévit actuellement en Europe.

*

J'aimerais maintenant brièvement rappeler quelques étapes qui ont marqué les années d'activité du Centre d'études et de documentation suisse.

Le Centre a été inauguré en octobre 1988, à la même saison qu'aujourd'hui, saison merveilleuse de l'automne à Pékin.
Déjà avant cette création officielle, des écrivains suisses, à l'invitation de l'Association des écrivains chinois, étaient venus à Pékin, préparant ainsi le terrain, mettant en route les premiers échanges. Maurice Chappaz, le poète valaisan, a consigné dans son Journal les impressions vivaces de son séjour en Chine, et j'aimerais en citer une toute petite partie, pour vous faire sentir quelle est la manière dont il s'est exprimé.

Pour marquer, au sceau du sérieux, le travail du Centre, la première conférence donnée par M. Max Frenkel, journaliste à la Neue Zürcher Zeitung et directeur de la Fondation pour la collaboration confédérale sur "Le fédéralisme suisse".

Du côté de l'aventure, et non sans un clin d'œil à Blaise Cendrars, Pro Helvetia s'est occupée de monter le Centre de documentation en faisant venir de Suisse, par le transsibérien, les premiers cartons de livres, les meubles de bureau, les bibliothèques, une copieuse, et j'en passe.

Mais plus importants que les objets, surtout à long terme, sont les échanges personnels, car nous tenons à créer des liens amicaux entre nos cultures; ces échanges ne se créent pas tout seuls, ils exigent un effort, un travail, d'un côté comme de l'autre: sortir de soi, pour rencontrer l'autre exige disponibilité, tolérance, ouverture. Le Centre de recherches sur les lettres romandes que je dirige à l'Université de Lausanne a eu l'occasion d'être en contact, bien avant 1988, avec des professeurs et des chercheurs chinois, surtout autour de l'œuvre de Ramuz, ainsi que de différentes traductions, telles L'Or de Cendrars ou La Fraise noire de Corinna Bille. Je ne vais pas en énumérer la liste, mais évoquer ma rencontre avec Mme Chen Wei, qui est venue à Lausanne en 1995-1996 pour connaître les écrivains romands, suivre mes cours sur la littérature romande, découvrir la diversité de la Suisse et tenter de voir clair dans ses surprises, ses étonnements, l'opacité et le mystère des livres, et notamment de l'histoire.

Elle a aimé lire la poésie romande et commencé à Lausanne déjà à traduire des écrivains romands: Le petit village de Ramuz, Airs de Philippe Jaccottet, Odes brèves de Sylviane Dupuis, Lieux communs de François Debluë que vous entendrez tout à l'heure, mais aussi Gustave Roud, Alexandre Voisard et Anne Perrier. C'est donc un grand plaisir pour moi de voir Chen Wei chez elle, avec ses étudiantes et ses étudiants. C'est aussi un signe positif de ce que des échanges culturels et scientifiques bien conduits peuvent apporter: connaître des textes suisses traduits en chinois, et pour nous regarder autrement, de loin, et à partir d'une autre culture, nos propres textes. Pro Helvetia, ainsi que la Conférence des recteurs des universités suisses souhaitent voir les échanges se poursuivre au cours des prochaines années, que l'on sait décisives, à tous points de vue, pas seulement en Chine et en Suisse, mais dans le monde entier. Il faut donc que cette journée commune nous permette de concrétiser nos échanges et de voir bien clair dans les modalités de nos relations. Encore un mot avant de conclure: en automne 1998, Ruth Schweibert, romancière alémanique, et Sylviane Dupuis, poète romande, sont venues ici à Pékin pour faire des lectures et parler de l'écriture contemporaine en Suisse romande comme en Suisse allemande. Elles ont aussi marqué de leur présence fine et sensible l'anniversaire que nous fêtons aujourd'hui de manière solennelle.

Je vous remercie.