Les dossiers de SinOptic :

Article du 27 mars 1999

Article du 27 mars 1999Sinoptic Admin2017-07-21T17:58:24+00:00

Archives – 1999
Visite d’État du président de la République populaire de Chine JIANG Zemin
Revue de presse et autres réactions

La Liberté du 27 mars 1999

Reproduit ici avec l’aimable autorisation du journal La Liberté que nous remercions.


Visite chinoise
D’accord avec vous, Monsieur le Président JIANG Zemin, mais..

Roger DE DIESBACH

Vous avez raison, Monsieur le Président JIANG Zemin, tout ça n’est pas sérieux. Pas du tout. Jeudi, la Suisse désirait vous rendre les honneurs, à vous qui représentez plus d’un milliard de Chinois. Elle avait déroulé son tapis rouge, mis sa meilleure troupe au garde-à-vous, convoqué sa fanfare la plus méritante.

Et soudain, voilà que quelques dizaines d’hurluberlus vocifèrent des insultes à votre égard; qu’ils hurlent leur soutien à la cause tibétaine ou aux dissidents qui croupissent dans vos prisons. Leurs sifflets et quolibets couvrent les marches militaires, vous obligent à ignorer la réception officielle et à vous réfugier dans le Palais fédéral. La Suisse vous a fait perdre la face. Devant cette humiliation, nous comprenons votre grande colère contre KOLLER. Bien sûr, si la place Fédérale eût été T’ien an Men, on aurait pu contenir ce wagon d’excités à bonne distance, de manière à vous rendre les honneurs en toute dignité. Et encore! Une écrasante majorité des gens de ce petit pays est acquise aux droits de l’homme qui trouvent même des partisans dans notre police. Alors, on voit mal qui aurait pu contenir qui; qui aurait pu museler qui. Et puis, justement, la place Fédérale n’est pas T’ien an Men. Elle est toute petite, comme la Suisse, et le moindre sifflet s’y entend.

Et ces manifestants sur les toits, à une portée de fusil de la porte du Palais fédéral! De quoi donner la chair de poule à vos gorilles. Ce n’est pas sérieux non plus, d’accord! L’ennui, c’est que, dans ce pays où la présidente Ruth DREIFUSS prend l’autobus tous les matins et va le soir au cinéma, le sens de la sécurité se perd. Avec la mort du Réduit national, du hérisson helvétique, du Bélier jurassien et de la police politique, la Suisse n’est plus ce qu’elle était. Elle est tellement plus libre mais moins sûre, c’est certain. Moins un pays brime, moins il connaît de révoltes. Il finit pas en perdre ses moyens de répression.

Parlons-en de Ruth DREIFUSS qui, dans son discours, symbolise ce côté «donneur de leçons» tellement suisse. Exaspérant que ce petit Etat de moins de 7 millions d’habitants qui prétend faire la morale à votre pays-continent! Là encore, nous sommes d’accord! Mais, au lieu de vous énerver, vous auriez pu lui parler de l’or du monde camouflé dans les coffres suisses, du profit que la Suisse a tiré des guerres et de l’apartheid. Ruth DREIFUSS vous aurait sans doute répondu. Dans ce pays un peu maso, les subversifs, on ne les jette plus en prison, on crée des commissions d’enquête ou d’historiens pour leur répondre.

Pardonnez-moi, Monsieur le Président, mais j’aime l’idée que vous, le mandarin communiste le plus puissant du monde, vous deviez venir en Suisse, ce symbole vivant du capitalisme, pour vous heurter enfin au peuple, ce peuple criard et dissonant qui, chez nous, ne sait plus marcher au pas.

Et qui vous donne largement raison: cette démocratie helvétique est devenue un peu «bordélique». Mais c’est parce que nous sommes en pleine révolution culturelle. Ce qui mérite bien votre pardon et votre compréhension.