Les dossiers de SinOptic :

Publications

/Publications
Publications 2017-08-24T09:19:01+00:00

Articles et ouvrages spécialisés – 2017

Jean François BILLETER Une rencontre à Pékin
Jean François BILLETER Une autre Aurélia
Estelle NIKLÈS VAN OSSELT et Christiane PERREGAUX-LOUP L’aventure chinoise :
une famille suisse à la conquête du Céleste empire
Harro VON SENGER Das Tao der Schweiz: Ein sino-helvetisches Gedankenmosaik
Bureau de l’éducation de l’ambassade de Chine en Suisse China in our Memories
我们记忆中的中国

Une rencontre à Pékin
Jean François BILLETER, Paris, éditions allia, 2017, 160 p., € 8,50
ISBN : 979-10-304-0682-5

Présentation tirée du site de l’éditeur :
« « Je ressens une forte émotion en retrouvant ces moments ensevelis sous tant d’autres souvenirs. Pékin a perdu ses murs et ses portes, cette capitale qui fut l’une des plus belles de l’histoire n’a plus de visage. Et nul ne peut plus imaginer ce que fut un voyage comme le mien parce que l’ère des longs voyages vers l’inconnu est close. »Dans ce récit, le sinologue raconte sa rencontre avec une jeune femme médecin, durant ses études à Pékin dans les années 60, avant la Révolution culturelle, et les obstacles qu’ils ont dû surmonter pour pouvoir se marier. Ce texte saisissant, aux épisodes rocambolesques, est aussi une façon d’évoquer une Chine qui n’existe plus. Il est en même temps l’histoire d’un apprentissage – de la découverte progressive d’une réalité politique et sociale qui devait rester cachée. Dans une deuxième partie du récit, l’auteur évoque leur premier retour à Pékin, en 1975, dans une Chine exsangue et paralysée. Le dernier chapitre relate comment ils en apprennent beaucoup plus sur la réalité chinoise, à la faveur des fréquents retours qu’ils y font à partir des années 80, et comment ils découvrent enfin, bien après leur mort, la remarquable histoire de ses parents à elle, sous l’ancien régime. De ce fait, les trois chapitres forment à la fois un bref roman entièrement véridique et, de proche en proche, une initiation à un siècle entier d’histoire chinoise. »
Jean François BILLETER - Une rencontre à Pékin

Une autre Aurélia
Jean François BILLETER, Paris, éditions allia, 2017, 96 p., € 7,–
ISBN : 979-10-304-0682-5

Présentation tirée du site de l’éditeur :
« « Supportes-tu la solitude ? me demandaient certains. Cette question me sidérait, car Wen était extraordinairement présente – mais d’une présence devenue changeante et imprévisible. Cette instabilité nouvelle m’occupait tant qu’il m’importait peu d’être incompris des autres. J’avais vécu en eau calme, je naviguais maintenant sur des eaux agitées et irrégulières où des tourbillons pouvaient m’engloutir. J’avais besoin de tous mes esprits pour me maintenir. »Jean François BILLETER livre dans ce bref ouvrage une partie des notes qu’il a prises depuis la mort subite de son épouse, il y a bientôt cinq ans. Ce sont des observations précises sur le rôle joué par l’émotion, l’imagination et la mémoire dans de telles circonstances, et sur les « opérations salvatrices » qui créent d’elles-mêmes de nouveaux équilibres. Mais ces notations n’éclairent pas seulement une expérience qui n’a jamais été abordée de cette façon-là, car elles nous en disent autant sur notre rapport à l’autre quand il est présent que quand il n’est plus là. La disparition de l’être aimé nous apprend « de quoi nous sommes faits ». Le titre est une allusion à l’Aurélia de Gérard de Nerval, brève œuvre posthume que les surréalistes ont tirée de l’oubli. Le poète y raconte sa quête d’une femme dont il ne connaît pas la véritable identité et la folie qui s’est peu à peu emparée de lui. Par son récit, il pensait ouvrir « de nouvelles portes à la connaissance des mystères de notre esprit ». C’était en effet la première fois qu’un auteur parlait de manière précise de l’expérience personnelle de la folie. Dans Une autre Aurélia, par contre, l’absente reste bien présente et ce n’est pas la folie qui gagne, mais un nouveau rapport à soi et à l’autre, voire peut-être un nouveau progrès dans la connaissance des « mystères de notre esprit ». Dans cet ouvrage inclassable, où la chronique, l’observation et la réflexion sont étroitement liées, la clarté règne, l’écriture est d’une élégance constante. »

Autres ouvrages et articles de Jean François BILLETER, qui fut professeur et le fondateur des éttudes chinoises à l’Université de Genève :

Jean François BILLETER . Une autre Aurélia

L’aventure chinoise : une famille suisse à la conquête du Céleste empire
Estelle NIKLÈS VAN OSSELT et Christiane PERREGAUX-LOUP, Milan, Cinq continents Éditions, 2017, 208 p., € 40,–
Coédition avec la Fondation Baur, musée des Arts d’Extrême-Orient, Genève
ISBN : 978-88-7439-755-6

Présentation tirée du site de l’éditeur :
« Longtemps conservées au fond d’une malle, des lettres décrivent la fortune, le négoce et les états d’âme d’une famille partie du canton de Neuchâtel au xixe siècle vendre des montres aux Chinois. Chez un antiquaire de la même région, d’anciens albums constellés de photographies de ces pionniers ont été miraculeusement retrouvés. Ces précieux témoignages enfin réunis permettent de reconstituer l’histoire des Loup de Chine, près d’un siècle de péripéties au sein du Céleste Empire, à une époque où les citoyens suisses étaient migrants… La saga de ce clan est représentative d’une catégorie d’Helvètes qui se sont expatriés dans l’espoir d’améliorer leur existence. Ce chapitre, qui demeure peu exploré dans les livres d’histoire, rappelle que la Suisse n’a pas toujours été le petit miracle économique que l’on connaît, mais que le pays s’est avant tout bâti sur l’esprit aventureux et l’abnégation de ses ancêtres. Ce livre est richement illustré par les photos et les documents de l’époque ainsi que par les objets (porcelaines, jades et pierres dures, cloisonnés, textiles, flacons à tabac) acquis au tournant du xx e siècle par l’un des membres de la famille LOUP, Gustave (1876-1961). Ces antiquités ont vécu le lent déclin puis la chute d’un empire millénaire, ainsi que la rencontre choc de deux cultures, radicalement différentes. Elles ont été envoyées par bateau, pour finalement arriver en Suisse entre les mains de l’un des plus grands collectionneurs d’art asiatique de l’époque, Alfred BAUR (1865-1951), et sont aujourd’hui conservées à Genève, dans la fondation qui porte son nom.
Ainsi, cette formidable épopée raconte-t-elle tout simplement une histoire palpitante. »

Estelle NIKLÈS VAN OSSELT est sinologue. Elle a étudié les arts asiatiques et l’archéologie dans les universités de Genève, Londres et Pékin. Aujourd’hui conservatrice adjointe à la fondation Baur, musée des Arts d’Extrême-Orient de Genève, elle a auparavant travaillé pour la fondation d’art contemporain chinois Guy & Myriam Ullens et leur centre d’art UCCA de Pékin.

Christiane PERREGAUX-LOUP , née en 1942 à Neuchâtel, a été professeure dans le domaine de la pluralité linguistique et culturelle. La Chine, où ses arrière-grands-parents LOUP ont migré au milieu du xix e siècle, l’a accompagnée dès son enfance. Son imaginaire s’est nourri des histoires familiales, des chinoiseries et des photos qu’elle retrouvait dans la maison de famille.

Une exposition s’est tenue sur ce thème à la Fondation Baur du 6 avril au 2 juillet 2017.
Estelle NIKLÈS VAN OSSELT et Christiane PERREGAUX-LOUP - L'aventure chinoise : une famille suisse à la conquête du Céleste empire

Das Tao der Schweiz: Ein sino-helvetisches Gedankenmosaik
Harro VON SENGER, Neue Zürcher Zeitung, NZZ-Libro, 2017, 236 p. CHF 36,–.
ISBN-10 : 3038102423
ISBN-13 : 978-3038102427

Présentation tirée du site de l’éditeur :
« Die landesüblichen Äusserungen über die Schweiz scheinen festgefahren zu sein in einem engen euro-helvetischen Diskurskorsett. Um diese geistige Enge zu überwinden und einen unverbrauchten Blick auf die Schweiz zu öffnen, bezieht der Sinologe Harro von Senger einen noch nie zuvor berücksichtigten, fernöstlichen Standpunkt. Im uralten chinesischen Weisheitsbuch «Tao-te-king» von Laotse, über 1000 Jahre vor dem Rütlischwur verfasst, erkennt der Autor überraschende Parallelen zur heutigen Schweiz. Anhand von Zitaten aus diesem Schriftstück stellt er die Schweiz in einen von hiesigen Kontroversen unberührten und umfassenden Deutungsrahmen und zeichnet erstmals ein Gesamtbild Helvetiens mit aussereuropäischem Kolorit. Aussagen aus dem chinesischen Werk verwebt er mit zahlreichen sorgfältig dokumentierten Fakten zu einem anregenden Gedankenmosaik und zeigt so die Schweiz in einem verblüffenden neuen Licht. »« Les déclarations propres à chaque pays sur la Suisse semblent être prisonnières du corset étroit d’un discours euro-helvétique. Pour surmonter cette étroitesse d’esprit et user d’un regard inusité sur la Suisse, le sinologue Harro VON SENGER recourt à un point de vue extrême-oriental, jamais considéré à ce jour. Dans l’ancien livre chinois de sagesse Daodejing de Laozi, paru 1’000 ans avant le serment du Rütli, l’auteur repère des parallèles surprenants avec la Suisse d’aujourd’hui. En utilisant des citations de cet ouvrage, il insère la Suisse dans un contexte interprétatif complet, vierge des controverses locales, et donne pour la première fois une vue d’ensemble de l’Helvétie selon une teinte extra-européenne. Il entremêle les déclarations tirées de cette œuvre chinoise avec de nombreux faits bien documentés, formant ainsi une mosaïque de pensées stimulantes. La Suisse apparaît alors sous une lumière nouvelle et étonnante.»

[traduction SinOptic] M. Harro VON SENGER est professeur émérite, ancien professeur de sinologie à l’Université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) et expert du droit chinois à l’Institut suisse de droit comparé à Lausanne.Autres publications présentées dans le site SinOptic :

Harro VON SENGER - Das Tao der Schweiz: Ein sino-helvetisches Gedankenmosaik

China in our Memories
我们记忆中的中国
Bureau de l’éducation de l’Ambassade de Chine en Suisse, 2017, 89 p.
Préface de M. l’ambassadeur GENG Wenbing.

Sur mandat du Bureau de l’éducation de l’Ambassade de Chine en Suisse, la Section romande de la Société Suisse-Chine (SRSSC) a rassemblé 17 témoignages, provenant de 18 personnes ayant été étudiants boursiers en Chine. La période couverte va de 1963 à 2014. Venant d’horizons divers, ces alumni ont extrait des souvenirs et choisir de relater quelques-unes de leurs expériences. Ces hommes et ces femmes ont suivi des parcours variés et étudié en divers coins du pays, de Xiamen à Dalian, de Beijing à Hongkong, en passant par Kaifeng ou Shanghai.Les textes originaux sont en français, allemand, italien, anglais et chinois. Des traductions en chinois et en anglais ont été faites pour les contributions rédigées dans nos langues nationales, ainsi qu’en français pour celles en chinois, en allemand et en anglais. Des illustrations agrémentent la publication.Dans l’ordre alphabétique, la liste des personnes ayant fourni un témoignage : Nicolas BIDEAU, Jean François BILLETER, Giulia BROCCO, Beatrice FERRARI, Lucia FESSELET-COMINA, Jeyanthy GEYMEIER, Florence GRAEZER BIDEAU, Markus HERMANN, Christine KYBURZ, Julien MÉNABRÉAZ, Laurent OBERHOLZER, Mariella PEDRINI, Pierrick PORCHET, Augustin ROMANESCHI, Véronique TERRIER, Ariane THAON DE SAINT ANDRÉ, Harro VON SENGER et Ralph WEBER.Cet ouvrage est la concrétisation de deux rencontres des alumin de Suisse romande, organisées en 2015 et 2016 par l’Institut Confucius de l’Université de Genève, avec le soutien de la SRSSC. Il est placé sous la responsabilité du Bureau de l’éducation, lequel a organisé son lancement le 17 mars 2017 à Berne, en présence de M. l’ambassadeur GENG Wenbing, de Mme XI Ru, conseillère en matière d’éducation, de plusieurs contributeurs et contributrices, ainsi que de nombreux invités du milieu bilatéral, académique et politique, ainsi que des alumni.

Sur la genève et le processus de production de cet ouvrage, consultez le discours tenu en français par le président de la SRASSC lors de la manifestation du 17 mars 2017.
Sa version en chinois est également à disposition.Lire aussi l’article du 19 mars 2017 publié en langue chinoise par M. SHAO Dahai sur swissinfo.
China in our Memories - 我们记忆中的中国