Les dossiers de SinOptic :

2001

20012017-09-12T01:08:22+00:00

Articles et ouvrages spécialisés – 2001

Instituts Ricci (Paris – Taipei) Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise
Jean François BILLETER L’art chinois de l’écriture
Harro von SENGER Die Kunst der List
Margrith LIN-HUBER Chinesen verstehen lernen
Luce BOULNOIS La Route de la Soie
Dieux, guerriers et marchands
Ellen HERTZ Face in the crowd : the cultural construction of anonymity in urban China
Werner BREITUNG Hongkong und der Integrationsprozess. Räumliche Strukturen und planerische Konzepte
Raoul David FINDEISEN LU Xun – Chronik, Texte, Bilder, Dokumente
Georges GOORMAGHTIGH Note sur le jeu du qin
François BLANC L’action du CICR en Chine 1931-1939

Fort attendu, le Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise a paru! L’ensemble comprend huit volumes: six pour les définitions, un autre pour l’index (entrées par radical et nombre de traits) et les tables de concordance (romanisations pinyin et wade), le dernier regroupant des dossiers et également l’index. Cette somme considérable, qui représente le fruit d’un labeur acharné et méticuleux poursuivi durant des dizaines d’années, ne décevra pas ses lecteurs et utilisateurs. 13’390 caractères et environ 300’000 expressions sont présentés avec soin et détail. Le volume consacré aux dossiers est une véritable mine d’or: tableaux chronologiques, cartes, calendrier, étoiles et constellations, musique chinoise ancienne, noms de famille pour ne citer que quelques-uns des thèmes savamment développés par des contributeurs de qualité.

Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise
Les Instituts Ricci (Paris – Taipei) en coédition avec Desclée de Brouwer, Paris, 2001, huit volumes d’environ 1200 pages chacun, 125 pages pour « Index et concordance ».

Voir aussi le site dédié : www.grandricci.org
Depuis 2010, une version DVD est également disponible.

Quant au Dictionnaire Ricci de caractères chinois, voir notre présentation.

Le Grand Ricci sur votre intelliphone (smartphone)
Celles et ceux qui apprécient ce magnifique Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, en version papier ou DVD, ont la possibilité dès maintenant de l’utiliser sur iOS (iPhone, iPad) et sur Android (smartphones et tablettes) comme module du dictionnaire Pleco. L’achat de cet ajout se fait pour iOS (iPhone/iPad, ou rechercher directement dans iTunes « Pleco Chinese Dictionary ») et pour Android (ou rechercher directement dans le Google Play Store « Pleco Chinese System »).
Ce module reprend l’ensemble du contenu du Grand Ricci, mais il ne contient pas encore les graphies archaïques ; leur ajout fera l’objet d’une mise à jour (gratuite) ultérieure.
(24.06.2013)
Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise

L’art chinois de l’écriture
Jean François BILLETER, Paris, Seuil Skira, 2001 (1ère éd. 1989), 320 p.
ISBN 8-88491-072-2

Présentation de l’éditeur
Depuis près deux mille ans, les Chinois considèrent la calligraphie comme l’un des beaux-arts. L’art du calligraphe consiste à donner vie à l’écriture en écrivant comme celui du musicien consiste à donner vie à une composition musicale en la jouant. Le calligraphe se sert de son pinceau comme le musicien de son instrument. Par la forme qu’il donne à l’écriture il exprime, selon les cas, une conviction morale, une manière d’être, une sensibilité, des émotions.
Cet ouvrage présente d’abord la structure de l’écriture chinoise et les exigences esthétiques qui lui sont inhérentes (chapitre 1) ; il analyse ensuite les différents aspects de la technique du pinceau (chapitre 2 et 3) et montre comment ils se combinent dans l’acte décrire (chapitre 4) ; abordant la calligraphie proprement dite, il décrit les phases de la formation de l’artiste et l’émergence de l’expression personnelle (chapitre 5) ; il examine les facultés que la pratique de cet art développe et les ressources qu’elle mobilise (chapitre 6), les expériences subjectives que le calligraphe fait à mesure qu’il progresse (chapitre 7) et l’action exercée par l’œuvre sur le spectateur (chapitre 8). L’auteur conclut par quelques considérations sur la conception chinoise de l’activité créatrice (chapitre 9). Il fait de nombreux rapprochements avec des arts qui nous sont familiers, notamment le dessin, la peinture et la musique. Il montre que la calligraphie, qui semble difficile d’accès parce qu’elle est intimement liée aux propriétés formelles de l’écriture chinoise à une technique spéciale du pinceau, puise à sa façon aux sources universelles de l’expression et nous éclaire sur les ressorts intimes de toute création artistique. Dans une postface ajoutée à la présente, il montre que, si cet art semble souvent entouré de mystère, c’est qu’il est aussi lié, depuis son origine, à une forme particulière d’idéalisation de l’écriture qui a des implications philosophiques, mais aussi idéologiques et politiques.
Cet ouvrage a reçu le Prix Stanislas Julien de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
Jean François BILLETER - L'art chinois de l'écriture

Die Kunst der List
Strategeme durchschauen und anwenden
[L’art de la ruse]
Harro VON SENGER
C.H. Beck, 2001, 195 p., DM 19.90/CHF 19.-
6ème édition en 2016
ISBN 3-406-47568-XPoursuivant ses travaux sur les 36 stratagèmes, le professeur von Senger publie un ouvrage qui montre une nouvelle fois toute la richesse de cette approche.Davantage d’informations sur ce livre dans le site de M. von Senger.Voir les publications précédentes de M. von Senger sur ce thème.
Harro VON SENGER - Die Kunst der List

Chinesen verstehen lernen
Margrith LIN-HUBER
Berne, Editions Hans Huber, 2001, 241 p., EURO 19.95 / CHF 34.80
ISBN 3-45683-630-9

« Kontakte mit China werden immer wichtiger. Doch die Verständigung ist nicht ganz einfach. Dieses Buch befasst sich mit den kulturspezifischen Besonderheiten des chinesischen Gesprächsverhaltens. Die Auseinandersetzung mit einer uns fremden Denkweise und Kultur stellt eine grosse Chance zur Erweiterung der interkulturellen Handlungskompetenz dar. »
Margrith LIN-HUBER - Chinesen verstehen lernen

La Route de la Soie
Dieux, guerriers et marchands

Luce BOULNOIS, Genève, Editions Olizane, 2001, 558 p., CHF 49.-
ISBN 2-88086-249-3
Une nouvelle édition remise à jour a été éditée en 2010.

« La route de la Soie… plus que jamais ces cinq mots font rêver! A l’époque de la mondialisation forcenée, alors que n’importe quel endroit du globe peut être atteint en quelques heures de vol, des noms comme Samarcande, Boukhara, Kotan ou Changan continuent à fasciner par la richesse de leur passé.
Avec la chute des rideux de fer et de bambou, pratiquement toute l’Asie centrale et la Chine – longtemps inaccessibles aux voyageurs comme aux chercheurs – peuvent à nouveau être visitées.
Comment les Romains, à la suite des Grecs, ont-ils découvert ces contrées lointaines? Que savaient les Chinois du monde européen? Et comment parvinrent-ils, des siècles durant, à garder le secret de la fabrication de la soie? Marco Polo est-il vraiment allé en Chine, ou n’a-t-il été qu’un habile imposteur?
Luce Boulnois fait le point sur ces questions, nous éclaire sur les rapports entre l’Orient et l’Occident et leurs influences réciproques à la lumière des denières découvertes archéologiques, prenant en compte les bouleversements géopolitiques survenus récemment dans ces régions. Bien que répondant à toutes les exigences académiques, ce livre se lit comme un roman.

Historienne et ingénieure de recherche au CNRS, Luce BOULNOIS est spécialiste de l’histoire de la Route de la Soie et des échanges transhimylayens.
Luce BOULNOIS - La route de la soie

Face in the crowd : the cultural construction of anonymity in urban China
Ellen HERTZ, Nancy CHEN, C. CLARK et al. (eds.), China urban: ethnographies of contemporary culture, Durham, NC: Duke University Press, 2001, pp. 274-293.Depuis 2004, Mme Ellen HERTZ est professeure et directrice de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel.
Adresse de contact:
ellen.hertz@unine.ch
Nancy CHEN - China urban

Hongkong und der Integrationsprozess [Le processus d’intégration socio-spatial à Hongkong]
Räumliche Strukturen und planerische Konzepte

Werner BREITUNG, Basel, Wepf & Co. (Basler Beiträge zur Geographie, Bd. 48), 2001, 228 p. (62 illustrations, 27 tableaux, bibliographie), CHF 29.90.
ISBN 3-85977-102-7

Résumé en français tiré du compte rendu d’ouvrage pour les Annales de géographie par Gabriel WACKERMANN, repris du site du professeur BREITUNG :
« Sous la direction du professeur Rita SCHNEIDER-SLIWA, Werner BREITUNG à maîtrisé une recherche complexe en consacrant sa thèse de doctorat au rôle joué par les structures spatiales et les concepts de planification dans le processus d’intégration métropolitaine de Hongkong. L’étude est d’autant plus intéressante qu’elle intègre les mutations en cours depuis le retour du Territoire à la Chine. Elle s’appuie sur une riche bibliographie, tant relative à la problématique locale qu’orientée vers l’analyse théorique des rapports entre les fonctions mondiales d’une métropole et son substrat socio-spatial. L’appareil cartographique, souvent en couleur, constitue une solide base de référence et de documentation. Le texte se fonde en outre sur de nombreux graphiques, diagrammes, schémas et photographies, très expressifs des questions étudiées. Des résumés et récapitulations systématiques rendent la lecture aisée.

En introduction, l’auteur explique l’intérêt conceptuel, thématique et méthodologique du choix de Hongkong. Il situe ensuite cette métropole dans son arrière-plan mondial, depuis les phénomènes de globalisation jusqu’aux problèmes d’aménagement régional, en passant par des considérations, telles que les espaces frontaliers, la suburbanisation, la notion de ville globale et celle de mégacité. Hongkong apparaît alors dans ses dimensions coloniales, globales et régionales., puis dans ses structures et concepts d’aménagement urbain. Dans une étape suivante, l’ancien Territoire est étudié sous l’aspect démographique et socio-spatial, puis dans ses transformations économiques. Les conflits d’usage spatial sont observés sous l’angle de deux études de cas : les Nouveaux Territoires et Wanchaï. La synthèse finale relève les phénomènes particulièrement marquants dans l’évolution spatiale. Elle met l’accent sur l’importance de quatre concepts : la suburbanisation, la région métropolitaine transfrontalière, la ville globale et la mégacité.

Werner BREITUNG fait en outre ressortir le rôle de la mutation culturelle et sociétale dans la restructuration du « système Honkong », l’influence de deux processus parallèles : la globalisation et l’intégration régionale, renforcées mutuellement. Les effets de ces deux évolutions amplifient la rôle de la métropole comme centre financier mondial et national. Selon le cas, ils renforcent ou réduisent l’importance de la langue anglaise. Le passage à la République populaire de Chine, quoique non exempt de situations conflictuelles, s’est déroulé grosso modo de façon positive, surtout lorsqu’on le compare à l’évolution chaotique de l’aménagement en Europe occidentale. Dans cette dernière partie du globe, il serait intéressant de procéder à des expériences imitées du modèle de Hongkong, comme il serait sans doute utile de vérifier dans quelle mesure l’exemple de Hongkong pourrait faciliter l’intégration métropolitaine de Corée, Taïwan ou Singapour. »

Werner BREITUNG est professeur associé en géographie au Département des sciences environnementales de l’Université de Bâle. Il a publié de nombreux articles sur Hongkong, Macao, le delta de la rivière des Perles, etc. Voir sa page.

Werner BREITUNG - Hongkong und der Integrationsprozess

LU Xun – Chronik, Texte, Bilder, Dokumente
Raoul David FINDEISEN, Basel, Stroemfeld Verlag, 2001, 800 p, CHF 98.–
ISBN 3-86109-119-4

Un ouvrage publié avec l’appui du Fonds national suisse de la recherche scientifique, qui avait présenté cet ouvrage de la manière suivante :

LU Xun (1881-1936) ist der bedeutendste Schriftsteller des modernen China. Und Raoul David FINDEISEN ist, wie Prof.Wolfgang KUBIN, Bonn, betont, „vielleicht der einzige Spezialist in Europa, der seit Jahren versucht, den geistigen Anteil des Westens am Werden des modernen China systematisch zu erarbeiten.“ Aufgrund von ideologischen Vorbehalten ist man in China nicht zu der Bestandsaufnahme in der Lage, die für LU Xun längst zu wünschen war, diese bietet jetzt erstmals Findeisens Studie. Bei den „Bildern“ schneidet er nicht Unliebsames wie in China weg, bei den „Dokumenten“ bringt er die Funde, die er in asiatischen und europäischen Bibliotheken getätigt hat und präsentiert sie in ihrem chinesischen und abendländischen Bezug. Die „Texte“ werden einen LU Xun vorstellen, der oft zu schnell vereinnahmt werden sollte, sei es in China, sei es für die 68er Bewegung. So kann ein heute neuerlich aktueller Lu Xun entdeckt werden.

Présentation de l’auteur :
Raoul David FINDEISEN, Jahrgang 1958. Studium der Sinologie, Japanologie, Romanistik, Philosophie und Vergleichenden Literaturwissenschaft in Berlin, Taibei, Peking und Bonn, Promotion über LU Xun. 1988-89 Übersetzer in Peking, 1990-92 in der pharmazeutischen Industrie in Basel, 1993-99 Oberassistent in Zürich, daneben Gymnasiallehrer für Chinesisch. Forschungsaufenthalte in Lyon, Bratislava und Shanghai, Lehrtätigkeit an den Universitäten Berlin (FU), Basel, Warschau und Genf. Seit WS 1999/2000 Lehrstuhlvertretung in Bochum. Mitglied in den Vorständen der European Association of Chinese Studies (EACS) und der Deutschen Vereinigung für China-Studien (DVCS).

FINDEISEN Raoul David - LU Xun

Note sur le jeu du qin
Georges GOORMAGHTIGH, Cahiers d’ethnomusicologie, 14, 2001, pp. 69-78.Version pdf (7 p., 196 kb)Voir aussi Quelques termes utilisés dans la description de la sonorité du qin, Centro Studi Darśana, 2012.Georges GOORMAGHTIGH a vécu plusieurs années en Chine populaire et fait de nombreux séjours à Hongkong et à Taiwan. Parallèlement à des études de littérature chinoise classique, il entreprend dès 1973 l’apprentissage du qin auprès de Madame Tsar Teh-yun (Cai Deyun), maître de l’école Fanchuan, à Hong Kong. Il a enseigné le chinois à l’Université de Genève et donné des cours de qin aux Ateliers d’ethnomusicologie. Il a publié L’Art du qin. Deux textes d’esthétique musicale chinoise (Bruxelles, Institut belge des Hautes études chinoises, 1990).
Georges GOORMAGHTIGH - Note sur le jeu du qin

L’action du CICR en Chine 1931-1939
François BLANC
Mémoire de licence, Université de Fribourg, 2001, 324 p.